Le CNRS
Accueil CNRS
Autres sites CNRS
 
  Accueil > Anciens étudiants > Authier                                                                              Vie pratique > Etudiants
 

Situation actuelle et parcours

 

 

Je suis actuellement (2007-2011) en thèse à l’Université d’Uppsala, Suède. Mon projet s’effectue au sein d’une équipe de généticiens et de biologistes moléculaires. Il vise à cartographier des Loci de Traits Quantitatifs (QTLs), tels que la longueur du tarse, chez deux espèces de passereaux : le Diamant Mandarin, qui sera la deuxième espèce aviaire à avoir son génome séquencé, et le Gobe-mouche à collier. Le projet se situe donc à l’interface entre écologie et génétique en vue d’améliorer la compréhension des mécanismes évolutifs au sein des populations naturelles.

 

2007/2010 :

Doctorat, Université d’Uppsala, Suède.

  • Génétique, QTLs, passereaux.

Sous la direction de Hans Ellegren (Dept of Evolutionary Biology, EBC ; http://www.ebc.uu.se/index_eng.php)

2006/2007 :

Master 2 Biodiversité, Ecologie, et Evolution, Université Paul Sabatier, Toulouse.
Stage : CEBC-CNRS. Sous la co-direction de Christophe Guinet (Centre d’Etudes Biologiques de Chizé – UPR du CNRS 1934) et d’Emmanuelle Cam (Laboratoire Evolution et Diversité Biologique – UMR5174 ; http://www.edb.ups-tlse.fr/).

  • Etude de la taille corporelle chez les otaries à fourrure subantarctiques.

2005/2006 :

Volontaire Civil à l’Aide Technique (VCAT) sur Amsterdam.

  • Suivi à long terme des populations de prédateurs marins se reproduisant sur l’île d’Amsterdam.

 

Situation au CEBC

 

MASTER 2

Période : Septembre 2004 – Juin 2006 (VCAT) puis Janvier 2007 – Août 2007 (Master 2)

Responsables : Henri Weimerskirsh et Christophe Guinet

Spécialités : Évolution, Génétique Quantitative

Université d’inscription : Université Paul Sabatier Toulouse III

 

Titre du sujet :

La microévolution en conditions naturelles : le cas de la taille corporelle chez l’otarie à fourrure subantarctique.

 

Résumé du sujet :

A l’aide d’un type de modèle mixte généralisé appelé « modèle animal », nous nous sommes intéressés à estimer les composantes génétiques et environnementales de la variance phénotypique d’un trait phénotypique lié à l’aptitude chez l’Otarie à Fourrure Subantarctique (Arctocephalus tropicalis). Notre analyse a permis de montrer qu’au sein de la population d’otaries se reproduisant sur l’île d’Amsterdam, la taille corporelle est héritable et soumise à la sélection. Cette analyse documente un cas de microévolution rapide chez un prédateur apex.

 

Rapport de Master 2

AUTHIER M. La microévolution en conditions naturelles : le cas de la taille corporelle chez l’otarie à fourrure subantarctique (Arctocephalus tropicalis, Grey 1872) sur l’île d’Amsterdam, Océan Austral. 2006, Mastère BEE, Université Paul Sabatier, Toulouse (PDF)

 

 

 

 
 
 

Centre d'Etudes Biologiques de Chizé

  

Imprimer Contact Plan du site Plug-ins Accueil