Le CNRS
Accueil CNRS
Autres sites CNRS
 
  Accueil > Anciens étudiants > Bosquet                                                                            Vie pratique > Etudiants
 

Situation actuelle et parcours

 

Je suis actuellement une formation, tout en dispensant des cours.

 

2006 / 2007 :

Master 2 Biodiversité, écologie et évolution, Université Paul Sabatier, Toulouse.
Stage : CEBC – UPR CNRS 1934.

  • Variations inter-annuelles des domaines vitaux chez le chevreul.

Sous la direction P. Duncan (Centre d’Etudes Biologiques de Chizé – UPR du CNRS 1934)

2005 / 2006 :

Master 1 Sciences de l’environnement, Université Rennes 1.
Stage : Station Expérimentale des Haras Nationaux (19)

  • Impact du pâturage équin sur la biodiversité : choix alimentaires chez le cheval

Sous la direction G. Fleurance (Unité de recherche «Herbivores», département «Physiologie animale et systèmes d'élevage», centre INRA de Clermont-Ferrand-Theix. – URH 1213 ; http://www2.clermont.inra.fr/urh/) et N. Edouard (Centre d’Etudes Biologiques de Chizé – UPR du CNRS 1934).

2002 / 2005 :

Licence de Biologie des Organismes, Université Lille 1.

 

Perspective(s) professionnelles

Je pars en Crète au mois de mai 2008 dans le cadre d’une Mission Service Volontaire Européen. Au cours de cette mission, je vais mener une étude sur la conservation des oiseaux en Crète, Grèce, avec l’Université et le Muséum d’Histoire Naturelle de Crète.

 

Situation au CEBC

 

MASTER 2

Période : Janvier à juin 2007

Responsables : Patrick Duncan

Université d’inscription : Université Paul Sabatier, Toulouse

 

Titre du sujet :

Stabilité inter-annuelle du domaine vital chez le chevreuil (Capreolus capreolus)

 

Résumé du sujet :

L’utilisation de l’espace par les animaux est déterminée par des choix effectués aussi bien à l’échelle temporelle que spatiale. La fidélité au site est liée à une stabilité plus ou moins importante des individus. Le chevreuil est un animal sédentaire dont l’occupation du milieu est marquée, d’après la littérature, par un fort niveau de fidélité au site mais aucune étude ne s’est attachée à la quantifier et à déterminer les facteurs pouvant l’influencer. Afin d’évaluer la stabilité inter-annuelle des domaines vitaux de 24 chevrettes équipées de colliers émetteurs, la relation entre l’aire de recouvrement des domaines vitaux et l’aire moyenne des domaines vitaux a été étudiée pour 61 couples d’années. L’influence des variables environnementales (température, précipitation, biomasse végétal) et individuelles (poids, âge, nombre de faons) et de la densité a été évaluée. La stabilité des domaines vitaux semble plus importante à l’échelle des domaines vitaux entiers qu’à celle du centre des domaines vitaux. Les centres représenteraient donc des zones de sélectivité plus marquée. Aucune variable n’influence significativement la stabilité des domaines vitaux entiers cependant les conditions météorologiques semblent avoir un léger impact, les chevrettes étant plus stables lorsque les conditions sont chaudes et sèches. Ceci est probablement dû à des besoins hydriques importants imposant aux animaux de se stabiliser à proximité des points d’eau. A l’échelle des centres des domaines vitaux un effet quadratique de l’âge entraîne une stabilité plus faible pour les individus jeunes et sénescents. Un phénomène de dominance des chevrettes d’âge moyen sur les autres individus pourrait être à l’origine de ce changement.

 

Rapport de Master 2

BOSQUET M. Stabilité inter-annuelle du domaine vital chez le chevreuil (Capreolus capreolus). 2007, Master 2 Biodiversité, écologie et évolution, Université Paul Sabatier, Toulouse (PDF).

 

 

MASTER 1

Période : Avril à Juin 2006

Responsables : Nadège Edouard

Université d’inscription : Université Rennes 1

 

Titre du sujet :

Influence de l’accessibilité de la ressource pâturée sur les choix alimentaires et l’ingestion chez le cheval de selle en croissance

 

Résumé du sujet :

L’effet de la disponibilité du couvert sur les caractéristiques de l’alimentation du cheval de selle en croissance est assez mal connu. Dans cette expérience 3 hauteurs de végétation (5, 13 et 20 cm) de qualité constante ont été proposées à 3 lots de 3 poulains de 2 ans en choix binaire ou seules lors de tests au pré. En parallèle, des mesures de masse moyenne de bouchées ont été réalisées sur chaque type de couvert lors de tests au box. Pour chaque situation et par couvert les temps d’alimentation, les préférences alimentaires, les fréquences de bouchées et de mastication et les quantités totales de fèces émises ont été évalués. Les fréquences de bouchées diminuent avec la hauteur de la végétation tandis que les fréquences de mastication et les vitesses d’ingestion ne varient pas. Les quantités de crottins produites ne varient pas en fonction du traitement. En situation de choix les poulains choisissent préférentiellement les couverts hauts sans pour autant modifier leur temps total d’alimentation. En condition de végétation de qualité constante, le pâturage sur l’herbe courte conduirait les animaux à effectuer des dépenses énergétiques plus importantes et serait donc moins avantageux que sur des couverts hauts qui permettent aux animaux de maximiser leur ingestion. Le cheval pratiquerait donc un pâturage sélectif afin d’optimiser son niveau d’ingestion.

 

Rapport de Master 1

BOSQUET M. Stabilité inter-annuelle du domaine vital chez le chevreuil (Capreolus capreolus). 2006, Master 1 Sciences de l’environnement, Université Rennes 1 (PDF)

 

 

 

 
 
 

Centre d'Etudes Biologiques de Chizé

  

Imprimer Contact Plan du site Plug-ins Accueil