Le CNRS
Accueil CNRS
Autres sites CNRS
 
  Accueil > Anciens etudiants > Edouard                                                                            Vie pratique > Etudiants
 
Curriculum Vitae
Publications

Situation actuelle et parcours

    

 

Je vais être, à partir de Janvier 2010 et pour deux ans, en post-doc à l'INRA de Guadeloupe dans l'équipe Alimentation et Systèmes Pâturés Tropicaux (Unité de Recherche en Zootechnie).

 

Je vais étudier les déterminants du comportement d'ingestion des herbivores domestiques en milieu tropical.


 

2005 / 2008

Doctorat en Biologie et Santé, Université de Pharmacie de Limoges

  • Déterminants de l'utilisation des ressources alimentaires par le cheval : influence de la qualité et de la hauteur de la végétation sur l'ingestion et les choix de sites d'alimentation

Sous la direction du Dr. Patrick DUNCAN (CEBC  – CNRS UPR 1934)

2004 / 2005

 

DEA, Ecophysiologie, Energétique et Comportement, Université Louis Pasteur, Strasbourg

  • Food intake in horse: does vegetation quality matter ?

Sous la direction du Dr. Patrick DUNCAN (CEBC  – CNRS UPR 1934)

 

THESE

Période : 2005 à 2008

Responsable : Dr Patrick DUNCAN

Spécialités : Biologie et Santé

Université d’inscription : Université de Pharmacie de Limoges

Titre du sujet : Déterminants de l'utilisation des ressources alimentaires par le cheval : influence de la qualité et de la hauteur de la végétation sur l'ingestion et les choix de sites d'alimentation (PDF)

 

Résumé du sujet :

Les caractéristiques de la ressource occupent une place prépondérante à toutes les étapes des processus d’ingestion et de sélection alimentaire par les herbivores, à court et à long terme. Par une approche expérimentale, nous avons contribué à une meilleure compréhension des adaptations mises en place par les chevaux confrontés à des variations de la qualité et de la hauteur de la végétation offerte.

 

A partir de l’analyse de données individuelles d’ingestion mesurées à l’auge pour une large gamme de fourrages, nous avons montré que les chevaux pouvaient compenser dans une certaine mesure une faible valeur nutritive du fourrage par une augmentation du niveau d’ingestion. Tous les individus n’ont pourtant pas exprimé la même réponse face à la diminution de la qualité de leur ressource. A partir de deux expériences conduites au pâturage, nous avons montré que lorsque les chevaux avaient le choix d’ajuster leur temps d’alimentation entre deux couverts variant uniquement en hauteur, ou simultanément en hauteur et en qualité, ils pouvaient maintenir un niveau d’ingestion de MSD relativement constant. Bien que la vitesse d’ingestion instantanée de MS digestible ait été plus élevée sur les couverts les plus accessibles, la déplétion des couverts au cours de la journée a probablement nivelé les vitesses d’ingestion moyennes réalisées sur l’ensemble des couverts, ce qui pourrait expliquer, au moins en partie, la constance des quantités ingérées journalières de MS digestible. Les résultats obtenus au pâturage et à l’auge s’inscrivent dans une relation générale montrant que lorsque la concentration en énergie et en azote de la ressource diminue, les chevaux peuvent maintenir leur niveau d’ingestion de façon à couvrir leurs besoins alimentaires.

 

En situation de choix binaire entre des sites d’alimentation dont la qualité était proche, les chevaux ont pâturé préférentiellement les couverts les plus hauts sur lesquels ils ont maximisé leurs vitesse d’ingestion de MS et de MS digestible (en accord avec les théories d’optimisation). À mesure que le couvert le plus haut est devenu mature, et donc que le compromis entre la qualité et la hauteur de la ressource est devenu important, les chevaux ont reporté leur temps d’alimentation sur les couverts les plus courts de meilleure qualité, bien que la vitesse d’ingestion de MS digestible soit restée plus élevée sur le couvert le plus haut. Nous avons montré que ce comportement est en relation avec la nécessité de satisfaire les besoins azotés, le choix des sites sélectionnés par les animaux pouvant s’expliquer par la vitesse d’ingestion instantanée de matières azotées digestibles permise par les couverts végétaux. Au cours de la journée, les chevaux n’ont pour autant pas exprimé des choix strictement optimaux, ne pâturant pas exclusivement le couvert le plus profitable. Dans l’étude où hauteur et qualité de l’herbe ont varié simultanément, le partage du temps d’alimentation entre les différents sites a probablement permis d’équilibrer leur régime sur la base de l’azote et de l’énergie.

 

Par la modulation de leur temps de pâturage sur les différents sites d’alimentation, les chevaux ont été capables d’adapter leur comportement à l’hétérogénéité de leur environnement, afin de maintenir un régime de bonne qualité et de satisfaire leurs besoins nutritionnels. Quelques perspectives de recherche sont proposées afin d’aboutir à des recommandations en terme de gestion de l’alimentation de ces herbivores et des prairies pâturées. Enfin, nous concluons sur la contribution de cette thèse à la compréhension des relations entre grands herbivores et ressources végétales.

 

DEA

EDOUARD N. Food intake in horse: does vegetation quality matter? 2005, DEA, Université Louis Pasteur, Strasbourg (PDF)

 

Imprimer Contact Plan du site Plug-ins Accueil

 

 

 
 
 

Centre d'Etudes Biologiques de Chizé