Le CNRS
Accueil CNRS
Autres sites CNRS
 
  Accueil > Anciens etudiants > Mendez                                                                            Vie pratique > Etudiants
 
Curriculum Vitae
Publications

Situation actuelle et parcours

 

    

    

 

 

Volontariat d'un an dès janvier 2018 au CSIEM (The Mediterranean Science Commission), défrayé par l'OIF (Organisation Internationale de la Francophonie)

 

 

 

 

 

2015 - 2017      

 




Doctorat Ecologie Comportementale, Ecole doctorale : Sciences pour l'Environnement Gay Lussac, Université de La Rochelle

  • Variabilité du comportement de recherche alimentaire d’un oiseau marin tropical : le fou à pieds rouges (Sula sula)

Sous la direction de Henri WEIMERSKIRCH, CEBC - CNRS UMR 7372

2012 -  2013   

Master 2, Océanographie spécialité Biologie et Ecologie Marines, Université Aix-Marseille

Sous la direction de Jean-Luc JUNG et Eléanore MEHEUST, Université Aix-Marseille

 2011 - 2012

Master 1, Océanographie, spécialité Biologie Ecologie Marines, Université Aix-Marseille

Sous la direction de Christophe GUINET, CEBC - CNRS UMR 7372

 

THESE

Période :  2014-2017

Responsable : Henri WEIMERSKIRCH

Spécialités : Ecologie comportementale

Université d’inscription : Université de La Rochelle

Titre du sujet : Variabilité du comportement de recherche alimentaire d’un oiseau marin tropical : le fou à pieds rouges (Sula sula

Résumé du sujet :

Le comportement de recherche alimentaire varie tout au long de la vie des oiseaux marins selon divers facteurs qui peuvent être liés au cycle de vie ou à l’habitat. Cependant, aucune étude n’avait auparavant abordé ces différents facteurs de variation chez une seule et même espèce.


L’objectif de cette thèse était de distinguer la part fixe du comportement de recherche alimentaire de ses différents degrés de plasticité chez un oiseau marin pantropical, le fou à pieds rouges (Sula sula). Pour cela, des adultes et des juvéniles issus de différentes colonies ont été équipés de balises GPS afin d’étudier leurs trajets selon différents facteurs de variation intrinsèques (âge et stade de reproduction) et extrinsèques (forçages physiques, productivité primaire, compétition pour la ressource).


Le comportement de recherche alimentaire des adultes variait de façon importante au sein d’une même colonie selon le stade de reproduction. Les trajets étaient plus courts pendant l'élevage du poussin, connu pour être particulièrement contraignant d’un point de vue énergétique, et plus longs pendant l’incubation et la période post-envol. Le suivi pluriannuel d’une des colonies a pu mettre en évidence la flexibilité du comportement lors de conditions environnementales défavorables. Des trajets plus longs étaient observés lors de la saison de reproduction qui présentait une diminution de la productivité et de l’activité tourbillonnaire locale.


Une importante plasticité du comportement en fonction de l’habitat a pu être mise en évidence à l’échelle de l’aire de répartition de l’espèce. La durée et le rayon de prospection des trajets des adultes variaient considérablement selon les colonies, allant de trajets strictement diurnes à des trajets beaucoup plus longs qui incluaient plusieurs nuits passées en mer. Les fous à pieds rouges ne semblaient pas cibler des zones particulièrement productives et la compétition intra- et interspécifique semblait expliquer en partie les différences observées entre les colonies. En revanche, tous les trajets possédaient généralement une structure similaire et augmentaient leur effort de recherche alimentaire en adoptant un comportement de recherche en zone restreinte (ARS).


Le comportement des juvéniles, encore nourris par leurs parents après leur envol pendant une longue période de transition, a pu être décrit pour la première fois. Avec le temps, les juvéniles augmentaient le rayon de prospection de leurs trajets, qui restait considérablement inférieur à celui des adultes. Des associations en mer avec d’autres juvéniles étaient fréquemment identifiées. Cette longue période d’apprentissage semble permettre l’acquisition progressive de compétences complexes nécessaires à la recherche et à la capture de leurs proies.


Si la plasticité comportementale des individus tend généralement à amortir les effets des conditions défavorables sur l'état de santé moyen d’une population, cette flexibilité est tout de même limitée. Dans le contexte actuel de changement global, l’évaluation de la plasticité comportementale s’avère alors nécessaire afin de mieux prévoir les conséquences de ces changements sur les populations.

 

Master 2

Période : 2011-2012

Responsables : Christophe GUINET

Université d’inscription : Université d'Aix-Marseille

Titre du sujet : Analyse génétique des baleines à bosse (Megaptera novaeangliae) de Madagascar 

      

Imprimer Contact Plan du site Plug-ins Accueil

 

 

 
 
 

Centre d'Etudes Biologiques de Chizé