Le CNRS
Accueil CNRS
Autres sites CNRS
 
  Accueil > Anciens étudiants > Nevoux                                                                              Vie pratique > Etudiants
 

Situation actuelle et parcours

 

 

J’ai soutenu mon doctorat le 23 janvier 2008.

 

J’ai actuellement rejoint l’équipe de Ken Norris au Centre for Agri-Environmental Research (CAER) à l’Université de Reading (UK) pour un post-doctorat de 3 ans. Mon projet porte sur l’étude de la dispersion en fonction d'hétérogénéité spatiale de l’habitat chez le crécerelle de l’ile Maurice (Falco punctatus).

 

Des informations complémentaires sont disponibles sur ma fiche personnelle.

 

 

2008-2010          

Post-doctorat au Centre for Agri-Environmental Research, Université de Reading, UK

Dispersion en fonction d'hétérogénéité spatiale de l’habitat chez le crécerelle de l’ile Maurice (Falco punctatus) : décisions individuelles et conséquences sur la dynamique de population

2004-2007

Doctorat en écologie, Université de La Rochelle

Bourse de la Région Poitou-Charentes

Réponse démographique des populations longévives aux changements climatiques : importance de la variabilité spatio-temporelle et de l’hétérogénéité individuelle.

Sous la direction de C. Barbraud et H. Weimerskirch (Centre d’Etudes Biologiques de Chizé)

2004

2004 DEA d’écologie, Université de La Rochelle

Stage au Centre d’Etudes Biologiques de Chizé :

Fluctuations climatiques et démographie d’une espèce d’oiseau marin subantarctique : le prion de Belcher

Sous la direction de C. Barbraud et H. Weimerskirch (Centre d’Etudes Biologiques de Chizé)

 

Situation au CEBC

 

THESE

Période : 2005-2007

Responsable : Christophe Barbraud et Henri Weimerskirch

Spécialités :

Dynamique des populations, estimation des paramètres démographiques, traits d’histoire de vie, variabilité environnementale

Université d’inscription : Université de La Rochelle

Titre du sujet :

Réponse démographique des populations longévives aux changements climatiques : importance de la variabilité spatio-temporelle et de l’hétérogénéité individuelle

 

Résumé du sujet :

L’objectif de cette thèse est d’étudier l’impact de la variabilité environnementale sur des populations longévives, et d’estimer le rôle de la variabilité spatio-temporelle ainsi que de l’hétérogénéité individuelle dans la réponse de ces populations aux variations de leur environnement. Cette étude s’articule autour de l’analyse démographique de trois populations longévités et migratrices : une population de Cigognes blanches (Ciconia ciconia) et deux populations d’Albatros a sourcils noirs (Thalassarche melanophris). Les fluctuations des conditions climatiques sont utilisées comme des indices de la variabilité environnementale subie par les populations. L’analyse commune de ces populations vivant dans des environnements différents a permis de dégager des patrons généraux capables d’expliquer l’impact de la variabilité environnementale sur ces populations longévives. La réponse des populations aux fluctuations des indices climatiques semble fortement reliée à la stratégie démographique de ces populations. Cela se traduit par une relation négative entre l’impact du climat et la contribution des différents paramètres démographiques au taux de croissance des populations, à travers notamment une canalisation marquée de la survie adulte. Cependant, si cette relation peut faire croire à une réponse simple et unique de tous les individus à un indice climatique donne, une analyse plus fine met en évidence un système plus complexe de réponses diversement contrastées. En effet, les conditions saisonnières liées à la variabilité spatio-temporelle de l’environnement auxquelles sont soumises ces populations migratrices ont des effets distincts sur la démographie de ces populations. Par ailleurs, les individus ne sont pas tous identiques au sein d’une population. Cette étude souligne l’importance de prendre en compte l’hétérogénéité entre les individus (liée à l’âge et à l’expérience de reproduction) dans la réponse des populations aux fluctuations des conditions climatiques, pour en comprendre la dynamique. Enfin, les prédictions de changements climatiques n’annoncent pas de déclin à court terme des populations étudiées. Cependant, l’intérêt de ce type de prédictions est actuellement limite par la difficulté de projeter la réponse d’une population dans des gammes de conditions nouvelles.

 

DEA

Période : 2004

Responsable : Christophe Barbraud

Université d’inscription : Université de La Rochelle

Titre du sujet :

Fluctuations climatiques et démographie d’une espèce d’oiseau marin sub-antarctique : le prion de Belcher

 

 

 

 
 
 

Centre d'Etudes Biologiques de Chizé

  

Imprimer Contact Plan du site Plug-ins Accueil