Le CNRS
Accueil CNRS
Autres sites CNRS
 
  Accueil > Annuaire > Arsovski
 
Curriculum Vitae
Publications
Ecophy

 

    

 

 

                                      Dragan ARSOVSKI

                                                             Doctorant

 

 

 

 

 

Titre de la thèse

Une dérive de la vie de tous les jours vers la brutalité sexuelle : chroniques d'une population de tortues surexcitées

 

Période

2015 - 2018

 

Responsable

Xavier BONNET

 

Université d'inscription

Université de La Rochelle

 

Financement

Bourse Régionale (50 %) / CD Deux-Sèvres (50 %)

 

Résumé

Deux populations de tortues d'Hermann (Testudo hermanni, une espèce à maturité tardive ~10 ans) ont été étudiées sur le contient et sur une île dans la région du lac Prespa en Macédoine. Avant la maturité, la croissance des tortues est lente, puis accélère entrainant une augmentation des taux de survie annuelle (de 0.30 à 0.70) et des variations de taille. Un potentiel pour une croissance continue, le durcissement de la carapace et un plateau de survie à cinq ans (0.90) induisent de fortes variations interindividuelles des trajectoires de croissance, et donnent une gamme étendue des tailles asymptotiques. Nos données questionnent la notion d'un taille unique à maturité puisqu'une augmentation progressive des taux de testostérone suggère que la maturité s'établit pour des tailles entre 115 et 140mm. Dans le genre Testudo les femelles sont plus grandes que les mâles ; les estimations des tailles asymptotiques observées le confirment. Mais sur l'île les plus grandes tortues sont des mâles. Avec ~100 individus/ha et un sexe ratio opérationnel (OSR ♂/♀) de ~11, la coercition exercée par les mâles entraine des blessures cloacales chez les femelles et dégrade leur condition corporelle, augmentant les coûts des accouplements. La survie des mâles (0.97) surpasse celle des femelles (0.84). Les femelles insulaires ne vivent pas longtemps, sont détournées de la reproduction et le faible recrutement biaise encore le sexe ratio, poussant la population vers l'extinction. Les rares femelles souffrent tandis que les mâles frustrés exhibent des comportements homosexuels fréquents, voire exubérants. Ces résultats sont discutés dans un contexte de conservation.


Rapport de stage

 

 

Imprimer Contact Plan du site Plug-ins Accueil

 

 

 
 
 

Centre d'Etudes Biologiques de Chizé