Le CNRS
Accueil CNRS
Autres sites CNRS
 
  Accueil > Annuaire > Louis
 
Curriculum Vitae
Publications
Prédateurs marins

 

    

 

Marie LOUIS

Post-Doctorante

 

 

 

 

 

 

Titre

Génomique des populations de grands dauphins : adaptations locales et histoire démographique

 

Statut

Post-doctorat au Scottish Oceans Institute, Université de St Andrews et Centre d’Etudes Biologiques de Chizé, Université de La Rochelle

 

Période

 

Financeur

Fondation Total

 

Responsables

Ce projet est réalisé en collaboration avec Benoit Simon-Bouhet au CEBC, Oscar Gaggiotti (Université de St Andrews), Andy Foote (Université de Bern) et Michael Fontaine (Université de Groningen)

 

Université d'inscription

Université de St Andrews

 

Résumé

Comprendre les processus qui créent et maintiennent les patrons de structuration de la biodiversité est d’intérêt majeur en biologie évolutive. Malgré de fortes capacités dispersives, les mammifères sociaux peuvent présenter de la structure génétique à très fine échelle. Cette dernière peut être expliquée par leur histoire démographique, les conditions environnementales présentes et passées, des traits comportementaux ou des spécialisations écologiques (i.e. adaptations locales). Cependant, démêler la contribution respective de ces différents facteurs était encore difficile jusqu’à récemment à cause de limitations dans les données génétiques et les méthodes statistiques disponibles. Ce projet a pour objectif d’étudier les processus démographiques et adaptatifs qui façonnent la divergence génétique des espèces très mobiles grâce à une approche multidisciplinaire combinant génomique et écologie, ADN contemporains et fossiles avec des méthodes statistiques récentes. L’espèce étudiée pour ce projet est le grand dauphin, qui est une espèce mobile, très sociale et qui présente de la structure génétique à fine échelle et des variations d’écologie (comme des techniques de chasse particulières, etc). Dans un premier temps, l’influence des spécialisations écologiques  et des traditions comportementales sur la divergence évolutive sera évaluée. Ensuite, l’histoire démographique de l’espèce sera reconstruite dans différentes régions du globe. Enfin, le troisième objectif est d’étudier les changements génomiques associés à la colonisation d’un nouvel habitat suite à la dernière déglaciation à partir de données génomiques issues d’individus contemporains et fossiles. Les résultats de ce projet permettront de mieux comprendre la structure de population, les adaptations locales et l’influence des climats passés sur les trajectoires démographiques. Ces informations seront essentielles pour mettre en place des stratégies de conservation appropriées. Le grand dauphin est en effet une espèce dont la conservation est considérée comme prioritaire par des directives Européennes et internationales. De plus, certaines populations côtières sont de petite taille et ont un domaine vital restreint, ce qui les rend vulnérables face à l’accroissement des activités anthropiques.

 

Ce projet est financé par une bourse de post-doctorat de la fondation Fyssen et par la Fondation Total.

 

De plus, plusieurs collaborateurs nous fournissent des échantillons pour ce projet : en Europe : Simon Berrow et Joanne O’Brien (Galway-Mayo Institute of Technologie), Andrew Brownlow (SAC Inverness), aux Etats-Unis, pour les eaux Atlantiques : Patricial Rosel (SEFSC, NOAA) et Jeremy Kiszka (Université de Miami), et les eaux Pacifiques : Eric Archer (SWFSC, NOAA).

 

Rapport de stage

LOUIS M. 2014. Structures sociale, écologique et génétique du grand dauphin, Tursiops truncatus, dans le golfe Normand-Breton et dans l'Atlantique Nord-Est. Thèse de Doctorat, Université de La Rochelle (PDF)

 

LOUIS M. 2010. Dynamique de population et structure sociale du grand dauphin, Tursiops truncatus, en Normandie. Master 2, Approches Intégrées des Ecosystèmes Littoraux, Université La Rochelle (PDF)

 

Imprimer Contact Plan du site Plug-ins Accueil

 

 

 
 
 

Centre d'Etudes Biologiques de Chizé