Le CNRS
Accueil CNRS
Autres sites CNRS
 
  Accueil > Annuaire > Richard  
 
Curriculum Vitae
Publications
Prédateurs marins

 

    

 

 

Gaëtan RICHARD

         Doctorant

 

 

 

Titre de la thèse

Comportement de recherche alimentaire des orques et des cachalots dans un contexte de déprédation autour des iles Crozet et Kerguelen, Océan Austral

 

Période

2015-2018

 

Responsables

Dr. Christophe Guinet (CEBC) and Dr. Julien Bonnel (ENSTA Bretagne, Brest)

 

Université d'inscription

Université La Rochelle - Ecole doctorale « Sciences pour l’Environnement - Gay Lussac »

 

Financement

Bourse Régionale (50 %) / CD Deux-Sèvres (50 %)

 

Mots clé

Orque, cachalot, déprédation, légine, palangre, bioacoustique, tracking

 

Résumé

La déprédation est un comportement adopté par certains animaux, consistant à se nourrir sur une ressource soit produite, soit élevée, soit capturée par l’homme. Cette interaction entre l’animal et l’homme présente des problèmes autant économiques, de par les pertes de rendement pour l’homme, qu’écologiques, de par l’apport d’une ressource facile ainsi que les risques létaux pour les animaux.

 

En milieu aquatique, un nombre croissant d’études révèlent une augmentation d’interactions entre les pêcheries à l’échelle mondiale. C’est le cas pour la pêcherie palangrière à la légine australe, Dissostichus eleginoides, dans les zones économiques exclusives françaises (ZEE) des îles Crozet et Kerguelen (Océan Austral). Cette pêcherie est sujette à un très fort niveau d’interaction avec deux espèces de cétacés: les orques, Orcinus orca, et les cachalots, Physeter macrocephalus, qui se nourrissent sur les palangres. Les travaux conduits ces dernières années suggèrent que les cétacés sont responsables d’environ 28% et 9% du total des prises de légines à Crozet et à Kerguelen (respectivement). Dans la ZEE de Crozet, orques et cachalots interagissent avec la pêcherie mais les orques sont responsables de 75% des évènements de déprédation. Inversement, à Kerguelen, les cachalots sont majoritairement impliqués dans 99.6 % des événements de déprédation.

 

Sept navires français, avec une vingtaine de capitaines, sont licenciés à pêcher la légine australe. Sur chacun de ces navires, un contrôleur des pêches s’assure du respect de la réglementation, contrôle les prises en légine et relève les observations de cétacés autour des navires. Ces informations constituent la base de données PechKer, gérée par le Muséum National d’Histoire Naturelle. Les premières analyses de ces données ont révélées des différences de taux d’interactions selon les navires et les capitaines de pêche, qui ne sont pour l’instant pas expliquées. Une meilleure compréhension de ces différences d’interaction et du phénomène en général sont indispensables afin de pouvoir orienter des actions pour limiter ce phénomène de déprédation, portant soit sur les techniques de pêche des capitaines soit sur la technologie des navires et leurs caractéristiques techniques.

 

C’est dans cette optique que s’inscrit cette thèse, dont les objectifs seront de préciser le comportement de déprédation des orques et des cachalots. Pour cela deux approches seront mises en œuvre :

 

  • Le premier objectif visera à expliquer les variations de taux d’interaction observées d’un navire de pêche à l’autre. Certains bateaux aux caractéristiques sensiblement identiques (« sisterships ») subissent des taux de déprédation fortement différents. L’une des voies de recherche est d’essayer de déterminer si ces variations de susceptibilités à la déprédation sont dues aux différences de pratiques de pêche selon les capitaines de pêche (i.e. approche opérationnelle) ou à des caractéristiques  intrinsèques aux navires, tout particulièrement en ce qui concerne les signaux acoustiques générés lors des opérations de pêche. Les signatures acoustiques seront enregistrées lors du filage et du virage par une ligne verticale de 4 hydrophones déployée à partir des palangriers.

  • Le deuxième objectif sera de déterminer à quelle profondeur et à quel moment les deux espèces interagissent avec les palangres (en fonction des profondeurs de pêche). Pour cela la ligne de 4 hydrophones sera utilisée comme traqueur acoustique, permettant de localiser spatialement chaque son émis par les cétacés, en distance et profondeur par rapport aux hydrophones.

 

Cette thèse s’appuie sur le projet de recherche OrcaDepred financé pour parti par les armements de pêche.

 

Rapport de stage

RICHARD G. 2015. Acoustic tracking of sperm whales and killer whales in a context of fisheries interaction. Master 2 BioSciences, Ecole Normale Supérieure de Lyon – Université Claude Bernard Lyon 1 (PDF)

 

 

 

 
 

Centre d'Etudes Biologiques de Chizé

 

Imprimer Contact Plan du site Plug-ins Accueil