Le CNRS
Accueil CNRS
Autres sites CNRS
 
  Accueil > Annuaire > Ropert-Coudert   
 

 

    

 

 

 

Yan ROPERT-COUDERT

     Directeur de Recherche

 

 

 

 

 

Responsable du Programme Institut Polaire français (IPEV n°1091 « Les manchots Adélie bioplateformes de l’environmment marin »), co-animateur de la Zone Atelier Antarctique, Secrétaire du groupe d’Experts Oiseaux et Mammifères Marins et du Life Science Group au Scientific Committee on Antarctic Research, Représentant du CNRS a la Commission Aires Protégées du CNPN, Membre de la Commission Interdisciplinaire 54 du comite national du CNRS. Editeur académique chez Plos One, Movement Ecology, Marine Ornithology, Conservation Physiology.

 

Activités

Je m’intéresse au suivi de la biologie d’espèces animales situées dans les échelons supérieurs des chaines trophiques pour déterminer leur capacité à s’adapter aux changements environnementaux, notamment en termes d’accès aux ressources alimentaires. Les animaux servent ainsi d’éco-indicateurs des changements. Je suis impliqué dans l’élaboration de systèmes de suivi au long terme d’activité de prospection et d’interactions proies-prédateurs dans les écosystèmes marins, en Australie (manchot pygmée, collaboration avec A. Chiaradia), en Antarctique (Manchot Adélie, au sein de mon programme polaire 1091 l’AMMER soutenu par l’IPEV et le WWF), en Arctique (guillemots, collaboration avec K. Elliot au Canada et S. Descamps en Norvège), dans les territoires subantarctiques d’Afrique du Sud (Marion Island, diverses espèces, collaboration avec PG Ryan)…

 

Cette approche « Observatoire » s’inscrit notamment dans le cadre de mon activité au sein du groupe d’experts des oiseaux et mammifères marins (EG-BAMM) du Scientific Committee for Antarctic Research. Avec EG-BAMM je participe à l’édification de l’Atlas Biogéographique du Census of Antarctic Marine Life et je co-dirige l’analyse rétrospective des données de suivi en mer de l’ensemble des prédateurs supérieurs marins de l’Océan Austral (Raymond et al. 2014 Ecography). Ces études ont pour but de définir les aires écologiquement importantes pour les prédateurs supérieurs marins afin de proposer ces zones aux Aires Marine Protégées.

Je complémente mon approche écosystémique par l’étude des stratégies écophysiologiques et comportementales des animaux afin de comprendre pourquoi certains individus sont plus performants que d’autres dans la conduite de ces tâches de prospection alimentaire mais également de reproduction.

 

Dans ce cadre, je suis un ardent promoteur du bio-logging, approche dans laquelle les animaux sont équipés d’appareils enregistreurs miniatures qui collectent des données biologiques et/ou physiques en grande quantité (cf. Ropert-Coudert & Wilson 2005, Ropert-Coudert et al. 2012 Livre blanc de l’INEE, . J’ai notamment organisé le 5eme symposium international sur le sujet qui s’est tenu à Strasbourg en 2014.

En parallèle, je développe avec le Dr. A.J.J. MacIntosh une nouvelle méthode qui permet d’étudier la complexité du comportement via des analyses fractales, et son évolution lorsque des perturbations sont introduites dans le système.

 

 

Un résumé de mes approches.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Diplômes et Cursus Universitaire

2015 Directeur de Recherche au CNRS

2009 Habilitation a Diriger les Recherches

2008 Chargé de Recherche au CNRS

2001 Post Doctoral Fellow au National Institute of Polar Research, Tokyo Japon

1998 Thèse au National Institute of Polar Research, Tokyo Japon

 

 

 

 

 
 

Centre d'Etudes Biologiques de Chizé

 

Imprimer Contact Plan du site Plug-ins Accueil