Accueil
Equipe
Sites 
d’étude
Publications
Emplois
Liens
Nous 
contacter


Environnement
Ecosystèmes pélagiques et variabilité environnementale

Les prédateurs marins se nourrissent essentiellement  de poissons, calmars et crustacés épi et mésopélagiques. Une partie importante de notre travail consiste à caractériser les "espèces clés" du réseau pélagique, et à quantifier les flux de matière et d’énergie entre les prédateurs et le milieu marin. Par exemple, les 25 millions d’oiseaux de mer et de pinnipèdes qui se reproduisent à Crozet prélèvent plus de trois millions de tonnes de ressources marines par an, un tonnage bien supérieur à celui de toutes les pêches françaises réunies !
 

Parmi les ressources marines de première importance dans cet écosystème, on peut citer quelques crustacés et des espèces de petits poissons mésopélagiques bioluminescents de la famille des Myctophidae
La distribution de ces ressources dans l’océan n’est pas aléatoire et peut le plus souvent être mise en relation avec des structures océanographiques (zones frontales, systèmes d’upwelling) qui peuvent varier à différentes échelles de temps et d’espace. Par exemple, les conditions océanographiques changent d’une localité à l’autre, d’une saison à l’autre et pour une saison donnée, d’une année sur l’autre et à une plus grande échelle de temps en réponse à des changements climatiques.

Une partie de nos recherches consiste à évaluer quelles sont les conséquences de ces changements sur la distribution en mer, l’efficacité de pêche et les performances bio-démographiques de ces prédateurs.

Distribution du rorqual commun en Méditerranée 
	et modèle de transfert trophique Nous avons appris Distribution du rorqual commun ...

Les prédateurs supérieurs bio-indicateurs des ressources marines


Si les données sur l’écologie de leurs espèces proies nous apportent de précieuses informations sur la biologie des oiseaux et mammifères marins, l’inverse est aussi vrai, à savoir que les prédateurs supérieurs sont sources de connaissance sur les espèces de poissons, céphalopodes et crustacés aux dépens desquels ils se nourrissent.

Ils nous apportent des informations sur:

  • la biodiversité des organismes marins. Ainsi, la description de l’ichtyofaune mésopélagique, jamais étudiée autour de l’archipel Crozet, a été réalisée récemment par le biais du régime alimentaire du Manchot royal
  • des informations biogéographiques sur des ressources marines importantes, inconnues auparavant, peuvent être découvertes par le biais des prédateurs
  • le niveau de contamination des écosystèmes marins par les polluants.

Comment les prédateurs marins nous 
	renseignent ils sur la biologie de leurs proies ? Nous avons appris Comment les prédateurs nous renseignent ...
 

Distribution en mer et conditions océanographiques


Un axe de recherche important de notre équipe est d’identifier comment la variabilité environnementale affecte la distribution en mer des prédateurs marins.
Pour répondre à cette question, nous confrontons les informations obtenues sur les zones d’alimentation de ces prédateurs au contexte océanographique. Les données sont intégrées dans l’espace au moyen de Systèmes d’Informations Géographiques (SIG) et nous les analysons au moyen de méthodes géostatistiques. Pour certaines espèces, ces informations sont disponibles sur plusieurs saisons et plusieurs années dans des contextes océanographiques contrastés. A partir de ces observations nous pouvons déterminer comment ces différentes espèces de prédateurs marins ajustent leur distribution en mer en fonction du contexte océanographique (Guinet et al. 2001).

Otaries et océanographie Nous avons appris Otarie et océanographie ...
 

Variabilité environnementale et performances écologiques


De la même façon, nous confrontons nos séries démographiques (succès reproducteur, survie) ou nos suivis de variation d’éfficacité de pêche (gain de masse par unité de temps, performance des croissances des petits) à des séries d’anomalies climatiques et océanographiques. Ceci nous permet de déceler quelles sont les conditions favorables ou défavorables pour chacune des espèces étudiées. Ces travaux nous permettent ainsi d’évaluer quelles pourraient être les conséquences de changements climatiques sur ces prédateurs marins utilisés alors comme reflet des changements affectant directement les écosystèmes marins. Ce travail a été effectué sur plusieurs espèces d’oiseaux marins se reproduisant aux Iles Kerguelen et Crozet.
Ces travaux nous ont permis d’identifier les espèces présentant des tendances identiques de leur succès reproducteur et il est satisfaisant d’observer que les espèces qui répondent de façon similaire exploitent les même catégories de proies dans les même secteurs biogéographiques.
 

Ainsi, il est possible d’identifier un groupe d’espèces d’oiseaux marins -Albatros fuligineux à dos clair, Pétrel à tête blanche, Pétrel bleu- se reproduisant à Crozet et Kerguelen, mais exploitant de façon privilégiée des proies, notamment du Krill, qui sont caractéristiques des masses d’eau antarctiques. Le deuxième groupe comporte des espèces -Albatros fuligineux à dos sombre, Grand albatros- exploitant principalement des calmars prélevés dans des eaux de la Zone Frontale Polaire et des eaux subtropicales (Guinet et al. 1998; Inchausti et al. 2002).

Le pétrel bleu: 
		indicateur du réchauffement de l’Océan Austral Nous avons appris Le pétrel bleu: indicateur du réchauffement...

Le modèle front polaire-manchot royal Nous avons appris Le front polaire et le manchot royal...

Conservation 


Une part importante des travaux effectués par notre équipe est appliquée à la conservation des espèces et des habitats. Nous avons par exemple été à l’origine et participé à la réhabilitation écologique de l’île d’Amsterdam (éradication d’un troupeau de bovins sur la majeur partie de l’île afin de permettre la protection d’espèces animales et végétales endémiques). Plus récemment un programme co-financé par le Territoire des TAAF et la communauté européenne a permis d’éradiquer les rats et les lapins introduits sur l’île Saint Paul, et de permettre dans l’avenir à plusieurs espèces d’oiseaux au bord de l’extinction de reconstituer leurs effectifs.

Réhabilitation 
		écologique: les îles Saint Paul et Amsterdam Nous avons appris Réhabilitation écologique ...

Ainsi nous essayons de déterminer l’effet de pêcheries sur les populations de prédateurs marins en terme de compétition directe sur les ressources ou de mortalité accidentelle provoquée par les techniques de pêche comme les palangres.

Menace sur les albatros: 
		les pêcheriesNous avons appris Les pêcheries, une menace ...

Haut de page

Dernière mise à jour: 25/09/17