Equipe Ecologie des Oiseaux et Mammifères Marins

Christophe Guinet, Chercheur
né en 1963

Téléphone:+ 33 (0)5 49 09 78 39
Courriel: guinet‘arobase’cebc.cnrs.fr
 

Activités et intérêts de recherche 

Ecologie des mammifères marins : distribution en mer, performances de pêche en relation avec les conditions océanographiques et de leur variabilité spatiale et temporelle, démographie, conservation.
Modèles d’étude : otaries à fourrure antarctiques et subantarctiques, éléphants de mer, orques, rorquals communs et globicéphales.
 

Programme de recherche



 Conséquences des variations des conditions océanographiques sur les populations de prédateurs marins
 
L’objectif de ce travail est d’étudier l’influence des conditions océanographiques et de leur variabilité inter-saisonnière, inter-annuelle et décénale sur:
  • la distribution en mer (étudiée à partir de balises Argos , de programmes d’observation en mer...), 
  • les performances de pêche et 
  • les performances démographiques (reproduction, survie, effectifs...) de populations de mammifères marins (pinnipèdes et cétacés) dans l’océan austral et en méditerranée.
Ces résultats peuvent être utilisés pour modéliser les effets des variations environnementales et climatiques sur les populations de ces espèces afin d’essayer de proposer des scénarios concernant l’influence des variations du climat sur les prédateurs supérieurs. Ces études nous permettent aussi d’identifier des habitats critiques pour la conservation de ces populations.

 Prédateurs marins auxiliaires océanographiques

Dans le cadre des programmes sur l’écologie en mer des pinnipèdes nous utilisons des éléphants de mer pour collecter des données sur les conditions océanographiques, profil de température et conductivités (salinité). Les éléphants de mer ont été choisis car ils plongent continuellement et profondément (1500 m). Ces données sont transmises en temps réel et pour un lieu donné au moyen d’une balise Argos. Ces informations permettent d’identifier quelles sont les masses d’eaux où s’alimentent ces prédateurs. Ces animaux deviennent alors de véritables plates-formes océanographiques opérationnelles et les données collectées peuvent être utilisées par les océanographes pour implémenter des modèles d’océanographie physique ou suivre les changements affectant des masses d’eau profondes, notamment dans l’océan austral où très peu d’informations sont disponibles.
Démographie
A partir du suivi à long terme d’individus marqués (bagués ou photo-identifiés) nous estimons les taux de survie, de reproduction et l’évolution de la taille de ces populations
Chez les otaries d’Amsterdam (Arctocephalus tropicalis) pour lesquelles nous effectuons un suivi individuel précis de leurs performances démographiques (fréquence de reproduction masse à la naissance, taux de croissance des nouveaux nés...) nous testons la théorie des traits d’histoire de vie qui prédit que, dans des conditions environnementales variables les organismes doivent optimiser leur reproduction en maximisant celle-ci sans affecter leurs chances de reproduction futures. Par ailleurs nous vérifions si en terme de performances démographique la qualité relative des femelles reste constante ou varie en fonctions des conditions environnementales. 
Ces travaux démographiques ont des répercussions immédiates sur les politiques de conservation en nous permettant de suivre et retracer les évolutions de taille de population et ce qui nous permet d’essayer d’identifier les facteurs responsables de ces changements. (i.e. diminution des effectifs de rorquals communs en Méditerranée et collision avec les navires, détection de mortalité anormale chez la population d’orque de l’Archipel Crozet en relation avec le développement de pêcheries).

Retour