Agathe Gaffard

Effets sublétaux des produits phytosanitaires et conservation de la perdrix grise

Une grande partie des oiseaux résidant dans les plaines agricoles ont vu leur population décroitre dangereusement au cours des derniers 50 ans. L’un des cas les plus documenté est celui de la perdrix grise, oiseaux de chasse emblématique dont les populations européennes ne cessent de diminuer.

Les causes de ce déclin ne sont à ce jour pas formellement identifiées. L’application de produits phytosanitaires pourrait être un des facteurs responsables de cette diminution en tuant directement les individus (effet direct) et/ou en réduisant la nourriture disponible comme les insectes et/ou en les affaiblissants physiologiquement (effets indirects).

Par ailleurs, cette espèce est également très appréciée des chasseurs. La raréfaction de la perdrix grise a conduit à l’élevage d’individus sauvages, ensuite relâchés pendant la chasse. Quelques soient les mécanismes impliqués, ces lâchers ne semblent pas suffisant pour enrayer le déclin de cette espèce dans les agrosystèmes. Cela nous invite donc à nous interroger sur les méthodes sous-jacentes à ces lâchers.
Ma thèse s’intéresse ainsi aux causes du déclin de la perdrix grise, mais aussi aux techniques permettant d’enrayer ce déclin.

Le premier objectif de ma thèse est d’étudier les effets sublétaux des produits phytosanitaires sur la physiologie et le comportement de la perdrix grise. Le second objectif de ma thèse porte sur les enjeux de conservation autour de cette espèce en partenariat avec le Fédération des Chasseurs des Deux-Sèvres.

Doctorante – Equipe AGRIPOP

agathe.gaffard(at)cebc.cnrs.fr

CV